Psychopraticien, psychologue, psychothérapeute : quelles différences ?

Le terme «psychopraticien» est aujourd’hui méconnu et porte souvent à interrogations.

En quelques lignes, voilà ce qui différencie le psychopraticien du psychologue et du psychothérapeute :

  • La formation

L’usage du titre de psychologue est réglementé depuis 1985. Le psychologue dispose d’une formation universitaire a minima de 5 ans et est titulaire d’un diplôme universitaire en psychologie de niveau BAC +5.

L’usage du titre de psychothérapeute est réglementé depuis 2010. Le psychothérapeute détient un doctorat donnant le droit d’exercer la médecine en France ou un BAC +5 en psychologie complété d’une formation en psychopathologie clinique. Les psychothérapeutes exerçant depuis 5 ans minimum en 2010 ont pu, malgré l’absence de ce niveau de formation, avoir demandé d’être inscrits sur le registre des psychothérapeutes.

L’usage du titre de psychopraticien n’est pas réglementé à date (ce n’est d’ailleurs pas un titre, mais une dénomination d’activité professionnelle). Il est néanmoins nécessaire d’avoir suivi une formation complète donnant lieu à un certificat, de réaliser un travail sur soi, d’être supervisé, de suivre le code de déontologie de la profession pour se nommer « psychopraticien ».

 

Je suis titulaire d’un Certificat en Relation d’Aide obtenu à la suite d’une formation de 2 ans – à l’institut Cassiopée Formation à Chatou -78- (membre la Fédération de la Formation Professionnelle, référencé Datadock, …) , cumulant formation théorique + 80 heures de pratique professionnelle (sans compter les spécialisations).

 

  • Le champ d’application et les outils

Le psychopraticien accompagne son client à travers différents outils en fonction de la personnalité et des besoins de celui-ci (et en fonction de sa propre formation) : analyse transactionnelle, amphithéâtre psychologique, thérapies émotionnelles, … C’est une relation interactive.

Le psychopraticien n’est pas formé à accompagner les désordres psychologiques graves : psychoses, névroses, dépression lourde. Il est néanmoins formé a minima en psychopathologie pour repérer ces désordres et réorienter la personne si nécessaire. Il a des bases de connaissance qui lui permettent également d’accompagner les proches des personnes souffrant de psychopathologie.

Contrairement au psychologue, le psychopraticien n’est pas formé aux différents bilans et tests d’évaluation (tests de QI, …).

  

  • La durée de la thérapie

La durée de la thérapie avec un psychopraticien est bien souvent de plus courte durée qu’avec un psychologue, dont l’approche est freudienne et analytique et laisse davantage la place à un accompagnement sans outil, basé sur l’écoute et la prise de conscience de son patient au fur et à mesure des séances. Je dis bien souvent car chaque cas est différent …

 

Ce qui compte avant tout : c’est que vous choisissiez un thérapeute qui vous corresponde. L’alliance thérapeutique est essentielle pour pouvoir avancer.